346 244 visites 3 visiteurs

Rencontre avec Angelo Semedo

3 septembre 2016 - 18:18

Source : www.ville-bezons.fr (P. Hamon)

Angelo Semedo s'occupe, à 24 ans, de l'école de foot à l'USOB. Sa voie n'était pas toute tracée mais il a su se faire sa place, à force de caractère et de naturel.

Tout le monde le connaît à l'USOB football, de la jeune pousse au vétéran.
« J'ai toujours voulu travailler dans le sport. Je suis au stade tous les jours avec les gamins. Ma tenue, c'est le jogging (rires)  Que rêver de mieux. »

Angelo Semedo nage dans le bonheur depuis début 2015 et son arrivée en tant qu'éducateur sportif à l'USOB football, en contrat d'avenir. En parallèle, cet admirateur de l'ex prodige brésilien Robinho suit la formation théorique pour son brevet professionnel en sports collectifs, option football (BP Jeps), auprès d'un organisme à Roissy-en-France.

Le supporter du PSG et du Real ne fait pas qu'encadrer les jeunes. Le dimanche, il enfile le short et évolue sur le front de l'attaque en seniors 1.

De l'échec scolaire à la réussite professionnelle

Pour en arriver là, Angelo a dû batailler. Débarqué du Cap-Vert, à 8 ans, il pose ses valises à Argenteuil. Ensuite, direction Bezons et la cité du Grand-Cerf,  puis les feu tours Carasso et enfin la cité Delaune où il vit toujours avec sa maman, ses deux sœurs, Roxane (12 ans), Isis (9 ans), et son petit frère Teliwel (10 ans).

« Très famille »
, Angelo prend à cœur son rôle de grand frère. Pas question de lâcher. Il ne veut pas les mêmes difficultés scolaires pour les petits. Lui est passé par Cachin, Péri, avant de faire un an au lycée du Grand-Cerf.

S'en suit une époque de doutes au bout de laquelle il s'engage pour l'école militaire. Une bonne expérience de deux ans. Puis retour à Bezons. Il décide de se lancer dans ce qu'il pense être sa vocation : travailler aux côtés des jeunes.

Premiers boulots comme animateur sur les temps du midi et les temps d'accueil périscolaire (TAP). Il passe et obtient le Bafa.

Puis un jour, il franchit le seuil de l'espace jeunes. « Ma chance a été de rencontrer Farida et Angela au Pij. Je les remercie. » «Au premier contact, nous avons perçu ce grand sens des responsabilités de par son rôle dans sa famille », raconte Farida Hilem. Les informatrices jeunesse lui conseillent l'école de la deuxième chance à Argenteuil.

« Pas emballé à la base », Angelo fait l'effort et y passe un mois. Le temps de formaliser son projet de BP Jeps. Entre temps, il a commencé à coacher au club, sous les conseils de Yacine, un ami éducateur. « J'ai eu les U13 5. Ils  avaient mauvaise réputation. Pourtant, tout s'est bien passé. J'ai réussi à être à l'écoute. Je leur ai appris et vice-versa. »

Ses qualités tapent dans l'oeil de Claude Rébillon, le président de l'époque. Son successeur Jean-François Dupuis formalisera le contrat. « Si je suis là, aujourd'hui, c'est grâce à eux deux. »

« Sur le terrain, il n'a besoin de personne »

L'actuel président ne tarit pas d'éloges : « Nous sommes heureux de l'accompagner. C'est un modèle pour les enfants. Il a cette qualité naturelle d'approche. Il fait partie des éléments importants de la section. Sur le terrain, il n'a besoin de personne. En dehors, bien sûr, il doit être accompagné mais il progresse. Il a passé et réussi trois diplômes en un an, dont le dernier en juin qui lui permet d'encadrer toutes les catégories d'âge au niveau régional. Il incarne pour les petits la réussite personnelle et le sportif accompli. » « Je m'adapte à mon public », se contente de dire l'intéressé. Et il le lui rend bien. « Tout le monde parle de lui », s'enthousiasme le petit Jessy. Toufik, son partenaire en équipe 1, voit en Angelo « un super joueur de foot. Il a un gros mental pour son âge. Je l'ai poussé à aller jouer ailleurs plus haut. Mais il veut rester ici car il est attaché. »

Angelo ne dément pas : « Bezons, c'est mon club de cœur, ma ville. » Sa passion l'occupe 7 jours sur 7. Peu importe. Il évolue sous l’œil bienveillant et taquin de Ludovic Coelho, en charge de la partie administrative. Pour son prédécesseur sur le poste et tuteur attitré, « Angelo sait qu'il doit encore progresser dans l'organisation. Mais sur le terrain, c'est du très bon. »

Christian Roze, figure de la section, voit « un garçon sérieux et appliqué. Il monte les étages un à un. Sur le terrain, il est comme un poisson dans l'eau. Il aime les jeunes et a de la chance d'être bien entouré. » Pas de barrière. « Je vais déjà continuer à transmettre et à apprendre. Je veux avant tout avoir mon BP Jeps. »

Prochain diplôme visé : le BMF (brevet de moniteur de football). Il ne s'interdit pas, ensuite, d'envisager le brevet d'État. Pour aller, qui sait, encore plus haut.

Commentaires

Aucun sondage

SOUTENEZ LA SECTION FOOTBALL